Muscle oblique externe de l'abdomen


Le muscle oblique externe (grand oblique de l'abdomen), est le plus grand et le plus superficiel des trois muscles plats de la paroi antéro-latérale. À l'inverse des deux couches profondes, le muscle oblique externe ne prend pas origine sur le fascia thoraco-lombaire ; ses fibres les plus postérieures (partie la plus épaisse du muscle) ont un bord libre où elles occupent l'espace compris entre l'origine costale et la crête iliaque. La partie charnue de ce muscle contribue principalement à la constitution de la paroi latérale de l'abdomen. Son aponévrose forme la partie antérieure de la paroi.

Bien que les fibres qui se détachent de la douzième côte soient presque verticales dans leur trajet en direction de la crête iliaque, les fibres antérieures s'étalent en éventail prenant une direction médiale croissante, de sorte que la plupart des fibres charnues cheminent inféro-médialement, dans la même direction que les doigts lorsque la main est mise dans une poche, avec les fibres les plus antérieures et supérieures s'approchant d'un trajet horizontal. Les fibres musculaires deviennent aponévrotiques, à peu près à la hauteur de la LMC, médialement, et au niveau de la ligne spino-ombilicale (ligne courant de l'ombilic à l'EIAS), formant un feuillet de fibres tendineuses qui présentent une décussation au niveau de la ligne blanche, la plupart devenant continues avec celles du muscle oblique interne hétérolatéral. Par conséquent, les muscles oblique externe hétérolatéral et l'oblique interne forment ensemble un « muscle digastrique », partageant un tendon central commun qui agit comme une unité. Par exemple, le muscle oblique externe droit et l'oblique interne gauche agissent ensemble pour fléchir le tronc et pour tourner l'épaule droite en direction de la hanche gauche (mouvement de torsion du tronc).

Vers le bas, l'aponévrose de l'oblique externe s'attache à la crête du pubis, au côté médial du tubercule pubien. Le bord inférieur de l'aponévrose du muscle oblique externe est épaissi à la manière d'un ligament fibreux, tendu entre l'EIAS et le tubercule pubien ; c'est le ligament inguinal (ligament de Poupart). Palpez votre ligament inguinal en pressant en profondeur, au centre du creux entre la cuisse et le tronc, en déplaçant la pointe des doigts vers le haut et vers le bas. Vers le bas, le ligament inguinal se continue avec le fascia profond de la cuisse. Le ligament inguinal n'est donc pas une structure isolée, bien qu'il soit, en tant que repère utile, souvent décrit comme tel. Il joue le rôle d'un rétinaculum (ligament qui retient) pour les structures qui passent à sa face profonde pour entrer dans la cuisse (muscle iliopsoas, vaisseaux et nerf fémoraux). La portion latérale du ligament inguinal est à l'origine des parties inférieures des deux muscles profonds antéro-latéraux de l'abdomen. Les modifications et les insertions du ligament inguinal et des portions inféro-médiales des aponévroses des muscles de la paroi antéro-latérale de l'abdomen sont complexes et plus significativement en rapport avec le canal inguinal ; elles seront décrites en détail avec la région inguinale.